Très souvent, lorsqu’un propriétaire décide de vendre son bien immobilier, il le fait après avoir réalisé des travaux de rénovation ou d’amélioration de type home staging.

L’objectif est de vendre à un prix supérieur à celui auquel le bien a été acquis, et d’en tirer ce qu’on appelle une plus-value immobilière. Mais l’évolution des prix du marché permet aussi parfois de réaliser une plus-value, sans modification du bien.

            En quelques mots, la plus-value immobilière est la différence entre le prix de cession et le prix d’achat. Le bien peut être un appartement, une maison ou encore un terrain. Kallisté Conseil, le spécialiste de l’immobilier à Ajaccio, vous présente l’essentiel à savoir sur ce concept.

Comment est calculée précisément la plus-value immobilière ?

Avant de savoir comment la plus-value est déterminée, il faut comprendre ce qu’est le prix de cession et le prix d’acquisition.

Calcul du prix de cession

Le prix de cession représente le prix de vente :

  • Minoré des frais engendrés par la cession.
  • Minoré de la TVA.
  • Majoré des différents frais à la charge de l’acheteur.

Calcul du prix d’acquisition

Le prix d’acquisition est le prix d’achat :

  • Majoré des frais de travaux.
  • Des frais d’acquisition.
  • Des différentes charges dues au moment de l’achat du bien, y compris les frais de voirie.

Ainsi, la plus-value est la différence entre le prix d’achat et le prix de cession du bien.

Exonération sur la plus-value immobilière

La plus-value immobilière peut être prélevée avec l’impôt sur le revenu. Vous pouvez cependant bénéficier d’une exonération dans certains cas, notamment si :

  • Le bien vendu est votre résidence principale.
  • Vous êtes propriétaire du bien depuis plus de 22 ans.
  • Vous prévoyez d’acheter ou de construire votre résidence principale avec l’argent de la vente de votre bien si celui-ci est différent de votre résidence principale, et ce dans un délai de 2 ans.
  • Le prix de vente du bien est inférieur à 15 000 €.
  • Le bien vendu constitue la résidence principale d’un Européen non résident en France.

Qu’en est-il de la résidence secondaire ?

La plus-value issue de la vente d’une résidence secondaire est également soumise à l’impôt sur le revenu, sauf dans les cas suivants :

  • Vous utilisez l’argent de la vente pour construire ou acheter votre résidence principale.
  • Vous n’êtes pas propriétaire de votre résidence principale durant les 4 dernières années qui ont précédé la vente.

La vente d’un terrain, en revanche, ne peut pas bénéficier d’une exonération d’impôt. Il convient de noter, enfin, que vous devez faire la demande d’exonération vous-même pour en bénéficier.

Si vous avez besoin de conseil ou d’un accompagnement personnalisé, n’hésitez pas à contacter un spécialiste comme Kallisté Conseil.

La team Kallisté Conseil

Compare Listings

Titre Prix Statut Type Région Objectif Chambres Salles de bain